Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Toni

Candide Chapitre 30 de Voltaire

6 Avril 2010 , Rédigé par leblogdetoni.over-blog.com Publié dans #Candide

 

Introduction:Problématique:

Voltaire (1694-1778) est un des grands penseurs des Lumières, il dénoncera sans relâche et en utilisant différents genres littéraires les injustices, les inégalités et l’intolérance. Il écrira des contes philosophiques dont Micromégas, Candide (en 1759) et L’ingénu mais aussi des traités, des essais, des articles de L’Encyclopédie et de la poésie.

Candide conte les mésaventures d’un jeune homme dont le seul désir est d’être avec Cunégonde. La recherche de Cunégonde va permettre à Candide  d’évoluer vers une philosophie empiriste,  celle que prône Voltaire, en affrontant les horreurs de la guerre, les caprices de la Nature et les travers des hommes.  L’extrait qu’on va commenter…

 I/La fin du conte.

  A/Clôture Spatiale.

- "Il y avait" à l'incipit nous fait penser à une clôture du conte classique, c'est-à-dire avec une fin heureuse.

-Il y a eu une régression spatiale: 

  => jardin = château: deux mondes clos

  =>La Turquie a remplacé la Westphalie

  B/Parodie de situation finale du conte

- Tous les personnages "bons" se voient réunis: les mauvais ont été tués.

- Pangloss résume l'œuvre: Voltaire semble nous rappeler l'histoire.

- La fin n'est pas classique du fait que tous les personnages travaillent. Le travail est mis en relief.

-La beauté n'est pas omniprésente: "Cunégonde était à la vérité bien laide"

-le ton est gaie comme dans les fins classiques des contes mais la dernière phrase est une proposition subordonnée d'opposition: "il faut cultiver notre jardin" sera une phrase que le lecteur n'oubliera pas de retenir.

II/ Points communs et différences avec Westphalie.

A/ Les mondes clos et la société

-L'espace se clôt de manière ambivalente: rétrécissement social ("M. le baron", "Mme la baronne", "Cunégonde", "Pangloss", "Candide" // "Candide", "Cunégonde", "Martin", "Paquette", "frère Giroflée"). Une société tourne autour de "Pangloss" et l'autre autour de "Candide"

-Du château à la métairie: l'installation dans le jardin marque la fermeture de l’espace géographique.

B/ Du paradis d'illusion au jardin de la sagesse

-Le paradis du château n'est qu'une illusion entretenue par Pangloss: "la meilleur des baronnes possibles", "le plus beau des châteaux".

-Dans le jardin, les illusions optimistes de Pangloss sont rejetées: "il faut cultiver notre jardin". Le travail est capital. C'est le seul capable d'éloigner "l'ennui, le vice et le besoin".

-On peut voir que la parabole (incipit/excipit) oppose clairement l’activité aux discours inutiles

C/Affranchissement de Candide et invariance de Pangloss

- Au début: Candide croît aveuglement à Pangloss, mais il réussit finalement à passer de la philosophie théorique de Pangloss à une philosophie encrée dans les circonstances. Il est alors capable de contredire Pangloss: "cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin"

-Dans le premier paragraphe, la réponse de Candide est au milieu de deux longues tirades de Pangloss, ce qui crée un effet d'anéantissement des paroles de Candide: on reprend la même situation qu'au début du conte.

-Par contre, au deuxième paragraphe le récit emporte le discours, et Candide répond à Pangloss sans se laisser contredire. Le fait que se soit Candide qui finisse le dialogue est très significatif de son évolution.

-Pangloss n'évolue pas. De même que dans le premier chapitre, il établie des raisonnements de fausse logique et injustifiés: il est incapable de penser par lui même en reprenant "selon le rapport de tous les philosophes" et mène une logorrhée verbale pour prouver simplement que les "grandeurs sont dangereuses".

-Son discours tourne comme dans tout le conte autour de son postulat: "tout est au mieux":"Tous les événements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles".

III/ Du futil à l'utile: la philosophie du jardin

  A/ La satire de l'optimisme

- Une philosophie purement livresque: personnages de la Bible, personnages de l'Antiquité, personnages de l'époque moderne, le jardin d'Éden. Il relève une citation latine et en tire une déduction plus ou moins discutable:"l'homme n'est pas né pour le repos." Il ne raisonne pas.

-Cultiver notre jardin connote pour Pangloss le Paradis, le Jardin d'Éden, qui est parfait. Candide l'oppose à la réalité, le meilleur des mondes est refusé, on ne vit donc pas une vie paradisiaque.

-L'entètement de Pangloss devient l'élément définitif qui le met en ridicule: l'utilisation de nombreuses hypothèses ("si...ne...pas...") pour décrire tous les malheurs aboutit paradoxalement au bonheur de Pangloss qui se réduit au fait de manger :"vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches".

-L'optimisme devient trop invraisemblable pour être adopté.

  B/Le culte de l'action: le philosophe voltairien.

-Comme dit le bon vielliard Turc juste avant de cet extrait: "le travail éloigne de nous trois grands maux, l'ennui, le vice, et le besoin".

- "Toute la petite société entra dans ce louable dessein"= cultiver le jardin devient capital. Le travail enlève les défauts.

- Candide devient le représentant de l'empirisme. L'apprentissage par l'expérience et non pas par la théorie. Candide est dans des "profondes réflexions", et lorsqu'il parle il utilise des phrases courtes qui soulignent l'importance du contenu, en plus on a l'impression qu'il prend du temps avant d'interrompre Pangloss.

-Candide devient un philosophe reflet des Lumières, il devient un représentant de cette philosophie qui se base en "sapere aude" Emmanuel Kant: Aie le courage de te servir de ton propre entendement! 

-Dans la seconde partie du texte, on note l’importance des activités manuelles préservées de manière laudative : « très bonne pâtissière ». De plus, l'antithèse "la petite terre rapporta beaucoup" souligne la valeur du travail.

-L'homme devient maître de sa vie et non de la Providence.

  C/La sagesse de l'humanité: il faut cultiver notre jardin.

Image réduite du monde: une société fondée sur le libéralisme économique et politique.

              -Les tâches sont rationalisées

              - Absence de religion

              - Pas d'autorité

              -   « la petite terre » = le monde

              -   Les personnages : de tous les sexes et de tous les âges

              -   C’est une société qui travaille: les différentes corps de métiers

-Candide trouve une paix dans un choix de vie supportable bien loin des rêves de l’Eldorado. Ce choix est un aboutissement de tout un parcours et bien que ce ne soit pas parfait, il ne dépend plus des caprices du sort.

 

CONCLUSION

  En 1773, Voltaire écrit à D’Alembert : « si j’ai encore quelque temps à vivre, je le passerai à cultiver mon jardin comme Candide. J’ai assez vécu comme lui ».


 



 

 




Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ProfesseurAgrégéDeLettre 08/02/2012 18:57

Il faudrait songer à ne pas aller plus loin dans vos études de textes. Je vous présente aussi la possibilité de me contacter, ainsi vous pourriez bénéficier de quelques cours d'analyses !

fofo 29/12/2014 13:55

mais comment

Mona 12/06/2011 14:24


La fiche est très bien faite, c'est clair, c'est coloré, il n'y a ni trop ni trop peu d'informations, bref merci beacoup :)