Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Toni

Candide Chapitre 3 de Voltaire

6 Avril 2010 , Rédigé par leblogdetoni.over-blog.com Publié dans #Candide

Introduction: Problématique: Comment Voltaire mène une critique mordante en utilisant l'efficacité de l'ironie?

Voltaire (1694-1778) est un des grands penseurs des Lumières, il dénoncera sans relâche et en utilisant différents genres littéraires les injustices, les inégalités et l’intolérance. Il écrira des contes philosophiques dont Micromégas, Candide (en 1759) et L’ingénu mais aussi des traités, des essais, des articles de L’Encyclopédie et de la poésie.

Candide conte les mésaventures d’un jeune homme dont le seul désir est d’être avec Cunégonde. La recherche de Cunégonde va permettre à Candide  d’évoluer vers une philosophie empiriste,  celle que prône Voltaire, en affrontant les horreurs de la guerre, les caprices de la Nature et les travers des hommes.  L’extrait qu’on va commenter ...

 

I/Une vision laudative de la guerre

  A/Le registre épique

-L'éloge de la guerre se traduit par l'usage du registre épique

- "héroïque", "héros", "quelques héros": la dénotation est tout à fait positive. Si les soldats sont des héros c'est qu'ils font du bien.

-Beaucoup de verbes d'action: renverser, ôter, gagner, aller. Expriment les épopées des soldats

-Auxèse l.2 à 4: gradation d'hyperboles jusqu'à faire la somme des morts => "Le tout pouvait se monter à une trentaine de mille âmes". 

  B/ Une vision esthétique de la bataille

- Armées définies par une suite de termes laudatifs associés à l'adverbe intensif "si".  On a l'impression que les deux armées sont parfaites et bien différenciées.

-La rime "si bien ordonné que les deux armées", va dans ce sens de perfection esthétique.

- La gradation d'instruments de musique du plus aigu au plus grave mêle l'ouïe, harmonieuse, avec la vue de l'armée dans une symbiose parfaite. De plus, l'ordre de description des instruments est parallèle à l'ordre des armées.

- La présentation du nombre de morts en un ton neutre ("d'abord", "ensuite", "enfin") et en forme de somme ("six mille", "neuf à dix mille", "quelques milliers", "Le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes") prive d'intensité à la mort, elle est banalisée.

- Euphémismes: "ôta du meilleur des mondes", "trente mille âmes", "renversèrent". La mort est atténuée.

-Au premier paragraphe la mort est nette.

  C/ Une justification de la guerre

-La guerre est justifiée par:

 =>La philosophie: le raisonnement optimiste accrédite la guerre: "la raison suffisante", "le meilleur des mondes". La guerre permet de nettoyer ce qui était mauvais, "coquins qui en infectaient la surface"

 => La loi: "droit public" autorise le brûlage du village

 =>La religion: termes religieux "Te Deum"

TRANSITION: Cette minimisation de la guerre au niveau de l'euphémisme et de l'esthétique de la bataille invite au lecteur à voir la guerre avec un oeil plus avertit. Auquel il ne veut pas s'attacher . Certains détails dissonent avec le texte et font un effet de polyphonie énonciative propre au discours ironique. Derrière le regard de Candide il y a la voix du narateur et derrière celui-ci Voltaire.

II/ Un discours en réalité accusateur

  A/ L'ironie et la guerre

-Des subtiles dissonances:

  =>Rythme sautillant: "si beau, si leste, si brillant, si(...)" alors qu'on est dans une guerre. Effet ridicule, on est dans un point de vue innocent, celui de Candide.

  =>Accumulation d'instruments musicaux + instrument meurtrier = canon. Effet comique qui révèle l'ironie du texte. Voltaire nous préviens qu'il y a un deuxième niveau de lecture.

  =>Antithèse: "harmonie (...) en enfer" brise la vision parfaite donnée. On retrouve le lexique qui correspond à une guerre.

-Démystification de l'héroïsme et critique mordante

  => Oxymore: "boucherie héroïque" autrefois un rapport d'opposition entre l'atrocité et l'héroïsme de la guerre. Elle met en doute l'héroïsme de cette guerre.

  => L'ironie caractéristique du premier paragraphe laisse la place à un registre tragique à partir de "Il passa par-dessus des tas de morts et de mourants". Les héros sont finalement des violeurs, périphrase du viol: "là des filles éventrées après avoir assouvi les besoins naturels de quelques héros".

  =>Les victimes sont des innocents: "vieillards", "femmes", "enfants", "filles". Voltaire différencie la mort des "héros", qui est banalisée, et des innocents qui est fortement mise en relief. En effet, la guerre est plus critiquable si on focalise la mort de ceux qui ne peuvent pas se protéger. Les soldats ne sont en rien dignes d'héroïsme. Le fait d'utiliser la désignation de "héros" permet de voir l'écart entre ce qu'ils devraient être et ce qu'ils sont.

- Le 2ème paragraphe a une organisation très picturale: d'abord on a une vision au-dessus: "il passa par-dessus", puis un regard qui se déplace le long de la société des plus vieux au plus jeunes: "ici des vieillards", "leurs femmes", "leurs enfants". Le rythme ternaire de cette description évoque l'étendue sur le plan sociale des conséquences de la guerre, celle-ci touche tout le monde. Le même procédé est utilisé pour le carnage:"Des cervelles étaient répandues sur la terre à côté de bras et de jambes coupés". Premier le cerveau puis les bras puis les jambes, on a de même un mouvement descendant. 

Voltaire ne nous présente ni vainqueur, ni vaincu, car la guerre ne produit que des morts et de la souffrance:" les deux rois faisaient chanter des Te Deum".

  B/ L'ironie et l'optimisme

-La vision naïve de Candide permet à Voltaire de critiquer l'optimisme.

-Les leit-motiv (leitmotive) de Pangloss ("ôta du meilleur des mondes", "la raison suffisante", "raisonner des effets et des causes") repris par le narrateur font une parodie du style de Leibniz.

-Ces reprises s'avèrent inadéquates:

  =>Le sens commun nous dit que le "meilleur des mondes" ne devrait pas avoir des guerres, la simple existence de la guerre devrait nier que ce monde est le meilleur des mondes possibles. 

  =>Effet ironique: par coïncidence les "neuf à dix mille" morts par la mousqueterie sont des "coquins qui en infectaient la surface" or la mort en une guerre est pratiquement aléatoire.

  =>Rapports évidents: "La baïonnette fut la raison suffisante de la mort"

  =>Candide "prit le parti d'aller raisonner ailleurs des effets et des causes": il déserte. 

- Toutes les reprises de Leibniz sont fourrées autour d'éléments qui les discréditent.

-Voltaire s'attaque également aux philosophes: PHILOSOPHE= celui qui maîtrise ses émotions ≠ "Candide, qui tremblait comme un philosophe" et "s'enfuit au plus vite". Le terme philosophe a une connotation péjorative. Selon Voltaire les philosophes devaient être actifs, or Candide décide d'aller "raisonner". Il est incapable de réagir. Le rythme du texte rapide contribue à cet effet: Candide n'a pas le temps de réagir.
 

  C/ L'ironie et le pouvoir 

-Religion: chaque roi pense que Dieu est avec lui en chantant des "Te Deum":  Dieu n'intervient pas dans les guerres des hommes.

-C'est aussi le pouvoir des rois qui est dénoncé en justifiant la guerre avec l'expression "droit public"= Voltaire dénonce l'horreur des lois de guerre qui ignorent  les souffrances et les malheurs des civils.

-Indicateur 'tandis que' révèle la véritable place des Rois : lâcheté car ils restent à l'écart, ils sont insensibles (se soucient peu des pertes, sans doute que les chiffres peu précis se rapportent à estimations)
 

Conclusion: Deux visions de la guerre très différentes :

- Une vision optimiste, montre les aspects positifs de façon ironique pour mieux la dénoncer
- Une vision réaliste, fait comprendre au lecteur et à Candide par la même occassion son atrocité
Voltaire nous fait assister à la désillusion de Candide et à sa prise de conscience.

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

www.candide-voltaire.com 19/08/2013 16:50

Bonjour,

Pour ceux que cela intéresse, j'ai créé un site qui résume Candide de Voltaire, chapitre par chapitre avec à chaque fois des citations.

N'hésitez pas à faire un tour : http://www.candide-voltaire.com

Belle journée,

Michel J. Cuny 28/03/2011 21:44


Bonsoir,
Ayant eu à travailler sur la "Correspondance" de Voltaire (13 volumes à la "Pléiade"), je suis allé de découvertes en découvertes... et de colères en colères.
Il me paraît de mon devoir d'alerter les personnes dont la bonne foi a pu être surprise.
Pour plus d'informations, vous pouvez consulter :
http://mjcuny-fpetitdemange.hautetfort.com
Cordialement,
Michel J. Cuny