Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Toni

L'albatros de Baudelaire dans Les Fleurs du Mal

8 Avril 2010 , Rédigé par leblogdetoni.over-blog.com Publié dans #Les Fleurs du Mal

Introduction:   Cette œuvre s'inscrit parfaitement dans le Romantisme étant donné que Baudelaire réussit à transmettre son désespoir au lecteur. L'albatros représente la propre condition du poète déchiré entre son aspiration à l'élévation, l'idéal, et sa condition humaine réelle, le spleen.

• Baudelaire faisait partie de la génération des poètes maudits, c'est-à-dire incompris par les gens de son époque.

Problématique: Comment Baudelaire propose l'allégorie du poète en exil à travers la rencontre douloureuse de l'univers supérieur du poète avec la réalité du monde?

I/ Spleen et Idéal

A/Deux espaces principaux confrontés : le ciel (espace de l'albatros) et le pont du bateau (espace des Hommes) :
• Opposition (antithèse) par leur dimension : infini, ouvert/limité, fermé), 
• Par leur situation : au dessus, vertical / bas, horizontal
• Par leur connotation : liberté, évasion/plat, terre à terre, absence d'élévation
==> La liberté de l'albatros se heurte à l'environnement clos du navire

B/L'albatros est personnifié :
La description de l'albatros est marquée par différence entre le Ciel et la Terre
Les termes valorisants se rapporte à l'albatros dans son univers et les adjectifs dévalorisant se réfère à l'albatros dans celui des Hommes.

Albatros mis en valeur dans son univers :
• Sa pureté ('ailes blanches, azur')
• Son amplitude ('grandes ailes, géant, vaste') permet d'imaginer d'immenses ailes recouvrant et protégeant les océans (hypallage 'vaste oiseaux des mers' = oiseaux des vastes mers)
• 'Ailes' connoté à légèreté, sérénité ('indolents'), sublime, grâce, car se laisse porter par le vent
• Sa puissance, domination, supériorité dans son propre univers ('rois, prince'), l'albatros majestueux règne au dessus des Hommes ('grandes ailes blanches' peut même évoquer hermine impériale)
• 'Indolents compagnons' marque sa confiance et sa nonchalance 
• Son caractère pacifique : aucune présence d'hostilité, il fait même preuve d'humanité : ce qui donne une impression d'égalité avec les Hommes ('compagnon de voyage') mais l'albatros se révélera même plus humain que les matelots.


Mais cette image valorisante s'inverse :
• Oxymore 'infirme qui volait' marque transition
• Poème donne deux visions radicalement opposées : 
autant l'albatros en vol est majestueux, il a une allure souveraine
autant lorsqu'il se pose, il paraît ridicule


Les thermes dévalorisant de l'Albatros sur le sol :
'déposés' évoque roi déchu, voyageur ailé tombé du ciel
• Du vol royal, on passe au boitement de l'infirme
• Perte du coté merveilleux et somptueux d'où l'adverbe 'piteusement' : les 'grandes ailes blanches' qui symbolisaient sa légèreté deviennent mécaniques, peu nobles, d'où la comparaison avec des avirons (rames)
• 'Voyageur ailé' obtient des adjectif dévalorisant comme 'gauche et veule' : antithèse entre aisance/maladroit
• Libre / prisonnier, jouet
• Beauté / Laideur

==> Jadis roi admiré dans le ciel, il fait désormais objet de railleries et ne suscite plus que dérision ('comique, gauche, infirme')

II/Un récit allégorique :

A/ Deux lectures

-Les trois 1ère strophes donnent le récit de l'albatros tandis que la dernière est dédiée au poète : après la présentation, Baudelaire donne la clé du poème avec une réflexion sur le poète : volonté de créer une surprise-

-Strophe 1: plan d'ensemble dans lequel les albatros suivent le navire.

-Strophe 2: plan rapproché, sur les planches.

-Strophe 3: plan encore plus rapproché cette fois sur l'albatros.

=Progression narrative.

Rythme narratif vivant: alexandrins (poèsie narrative), virgules. Il y a donc une narration à la première lecture.

Association poète / prince des nuées donc rapprochement entre l'albatros et le poète.
==> Cette association oblige une réinterprétation : le 'voyageur ailé' devient poète, les 'H d'équipage' représente la Société, le bateau = la terre, les planches = le théâtre social, le voyage = la vie parcourue. Baudelaire invite à une relecture du poème.

B/ Les symboles du spleen

 Le symbolisme du bateau glissant :                                                                                                              

 • Le 'navire glissant' crée une atmosphère calme mais qui peut être bouleversé à tout moment par le caractère imprévisible des 'gouffres amers' (métaphore mer)

• La répétition des consonnes 'v, s et f' traduit un doux sifflement renforçant l'idée de calme et d'harmonie
==> Les Hommes et le poète devraient être solidaires car embarqués dans le même voyage de la vie, sur le bateau symbole de la Terre, toujours menacé par un naufrage : leur condition humaine devrait les réunirent.
 

Le symbolisme de l'équipage :

• L'équipage est toujours envisagé comme un ensemble anonyme, indifférencié ('L'un, l'autre, ils') : c'est une masse généralisée qui représente la société
• L'équipage / La société travaille pour avancer, souci occupation, de labeur où le poète n'as pas vraiment de place
• L'équipage a trop les pieds sur terre, il est matérialiste, ne voit pas plus loin (il n'a pas la moindre idée du monde de l'albatros/poète)
• C'est un monde sans hauteur, sans élévation, sans spiritualité, sans recherche de questions sur monde...

 

C/La symbolique de l'oiseau:

-Du récit au symbole: v.13 comparaison explicite entre l'oiseau et le poète grâce au mot "semblable à".

Dans son monde de l'esprit :

• L'oiseau donne un aspect sublime, une majesté, une fluidité et donc une prestance d'esprit 
• L'albatros vit dans l'espace aérien, ce qui signifie que le poète vit dans un monde imaginaire, libre, d'évasion, hors de portée, spirituel (celui de la pensée donc infini) et supérieur au bas monde social qui reste horizontal 
• C'est le poète qui s'amuse des flèches et des moqueries envoyés par ceux qui rasent terre. Un certain mépris leur est renvoyé.

Par rapport aux autres :
• Baudelaire donne une image du poète vivant dans un monde à part. Il se laisse porter au dessus et descendu sur terre devient maladroit, ridicule car dépaysé, loin de l'air, de la lumière, du pays qui lui ressemble : c'est pour ça qu'il ne sait pas marcher au rythme des mesquineries, qu'il a honte (adverbe 'piteusement')
• 'exile sur le sol' comme l'albatros, le poète est inadapté au monde des Hommes, il ne trouve pas sa place ; mais il est destiné à celui du Ciel
• Il est la victime de la cruauté des Hommes ordinaires : l'albatros et en même temps le poète est agressé par les moqueries (hostilité avec 'huées')
• Le poète est incompris de la société et ses ailes, c'est-à-dire son génie, le gêne. Le dernier vers est admirable car il est synthétique du drame du poète : sa grandeur fait sa misère.
• L'albatros et le poète ont la même souveraineté, la même solitude, la même déchéance lorsqu'ils redescendent au niveau de la société.

Qu'est-ce qui fait la chute du poète oiseau ?
Peut-être par nécessité, ou par manque de recettes : sait-il se débrouiller seul, dans une société où faut marcher au pas du travail, où rêve équivaut à une perte de temps ? Sa chute a peut-être pour origine un décalage entre ce que la société exige et ce qu'il rêve de lui donner : c'est un marginal.


 

Conclusion:

• Par biais de métaphores, de comparaisons et d'antithèses, Baudelaire réussit à transmettre une idée au lecteur.
• Le poème s'inscrit parfaitement dans le 'mal de vivre' du poète, d'où sa grande popularité en littérature. 
• Baudelaire débute d'abord par un récit de voyage, puis glisse vers la ridiculisation de l'albatros pour finalement l'identifier au poète. Leurs points communs : la solitude, l'exclusion, le mépris et l'objet de railleries sont leurs lots quotidiens.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Carlo 02/12/2012 19:33

Bonjour,
Je vous remercie de votre travail de la part aussi de mes élèves, de la filière ESABAC du liceo classico Cairoli de Varese en Italie,qui pourront lire ce commentaire sur mon blog en suivant le lien
vers votre blog

un GROS MERCI

Bien cordialement
Carlo

Clovis Simard 12/08/2012 22:11

voir mon blog(fermaton.over-blog.com)