Dom Juan V, scène 2 de Molière

par Toni

publié dans Dom Juan

 

DOM JUAN – 4

Acte V, scène 2 de « Il n’y a plus de honte maintenant à cela… » à « … aux vices de son siècle»

INTRODUCTION

situer le passage: Cet extrait de Dom Juan, comédie de Molière de 1665, est un passage de la scène 2 de l’acte V qui nous montre Dom Juan faisant un éloge paradoxal de l’hypocrisie. Ce noble, séducteur, débauché et hypocrite, venait tout juste dans la scène précédente d’exprimer à son père son repentir pour toutes ses mauvaises actions. Resté seul avec son valet, Sganarelle, il expose son vrai point de vue.

présenter Molière: Molière (1622-1673), de son vrai nom Jean-Baptiste Poquelin, était à la fois, comédien, chef de troupe et auteur. Ses comédies font rire en peignant les travers et les vices de la société. Il s’attira l’hostilité de ceux qu’il critiquait, mais son succès lui valut d’être protégé par le Roi. Il a renouvelé le genre de la comédie.

Lecture

Problématique En quoi ce texte est-il un éloge paradoxal?

annonce du plan :          

1. Eloge de l’hypocrisie et des hypocrites

2. Critique sociale par Molière

3. Le pouvoir du langage

I. Eloge de l’hypocrisie et des hypocrites

A. Dans les premières lignes, l’hypocrisie est décrite dans ses caractéristiques générales

- C’est un thème d’actualité : « l’hypocrisie est un vice à la mode » (l.34). Ce n’est que le reflète de ce que tout le monde pratique : « la profession d’hypocrite ».

Mais plus qu’une profession, c’est « un art de qui l’imposture est toujours respectée » (l.38). Notons l’antithèse « imposture /respectée » ainsi que le vocabulaire mélioratif qui décrit l’hypocrisie : « merveilleux avantages – privilégié – impunité souveraine »

à Dom Juan banalise l’hypocrisie.

B. Les hypocrites sont décrits dans une deuxième partie. 

- Les hypocrites sont habiles car ce vice leur est utile : « …ont rhabillé adroitement les désordres de leur jeunesse ».

- ils jouissent de l’impunité car ils font alliance avec les faux dévots traités de « grimaciers »  et de « singes ». Ici, par la bouche de Dom Juan, Molière évoque la polémique soulevée par Tartuffe. Il attaque ceux qui   se cachent « sous le manteau de la religion, sous cet habit respecté »(l.52) qui leur permet « d’être les plus méchants hommes du monde ». Dom Juan lui aussi se réfugiera sous « cet abri favorable ».

- ils se défendent entre eux, donc il n’y a pas de censure de ce vice.

- enfin Dom Juan évoque les « dupes » manipulés par les hypocrites : « on a beau savoir leurs intrigues et les connaître pour ce qu’ils sont, ils ne laissent pas pour cela d’être en crédit parmi les gens »(l.55).

C. Hypocrisie de Dom Juan dans une troisième partie

- Dom Juan a compris tout l’intérêt qu’il y a à suivre  cette méthode : « c’est sous cet abri favorable que je veux me sauver » (l.58). S’il est démasqué il fera appel aux autres, à toute la « cabale » des autres hypocrites qui viendra à son secours.

- S’il choque, il fera semblant d’être choqué à son tour. Il gardera « une haine irréconciliable » (l.62-64) et utilisera le prétexte de venger les « intérêts du ciel » pour poursuivre ses ennemis.

- Dom Juan pourra continuer de vivre comme il l’entend : « je ne quitterai point mes douces habitudes ».

- Dom Juan laisse paraître son sentiment de supériorité : « C’est ainsi qu’il faut profiter des faiblesses de l’homme » (l.74).

II. La critique sociale de Molière

A. Critique de la société

Molière utilise le discours de Dom Juan de manière ironique pour dénoncer la cabale des faux dévots (cf Tartuffe). Cet éloge de l’hypocrisie est en fait une diatribe  contre ceux qui se cachent sous le manteau de la religion pour mal agir : « les plus méchants hommes du monde » (l.53). C’est aussi le constat que les vrais dévots sont dupés par les faux dévots (l.47-49). Il nous donne une image très sombre de la société du XVII° siècle.

B. Critique de Dom Juan

A travers son personnage, Molière critique l’aristocrate qui se croit tout permis, qui a un sentiment de supériorité démesuré et une arrogance insupportable : « je m’érigerai en censeur… je jugerai mal de tout le monde et n’aurai bonne opinion que de moi » (l.65).

III. Le pouvoir du langage

A . Un discours structuré mais peu convaincant

les hypocrites sont des comédiens qui savent tromper le monde : « un soupir mortifié » - « deux roulements d’yeux ».

CONCLUSION : Ce passage qui vient vers la fin de la pièce éclaire d’une plus grande profondeur la vraie nature de Dom Juan. Il se montre totalement amoral en faisant cet éloge de l’hypocrisie, mais en même temps il y a une certaine contradiction puisqu’en fait il se révèle à nous sous son vrai jour. On sent que cette tirade est aussi une tribune pour permettre à Molière de régler ses comptes avec les faux dévots et se venger de ce qu’il a subi quand il a fait jouer Tartufe.

 

 

Commenter cet article

Joelaindien 01/11/2012

Hello !
un passage et un petit coucou pour te signaler que suite à l'ouragan Sandy,
et les debâts sur les conséquences du réchauffement climatique
j'ai fait une carte des catastrophes naturelles dans le monde depuis 2008,
très instructif sur certains points !
@+

zita 15/12/2013

Très bon commentaire, il m'a bien aidé cependant je trouve un peu dérisoire ton troisième acte, surtout par rapport au premier, je pense qu tu aurais du l'intégrer autre part. Mais sinon impec !
Merci beaucoup ton site est génial !

removal of tonsils and adenoids 03/06/2014

This is actually really a good writing. The Praise of hypocrisy and hypocrites is just a whole blunder. I could never accept that because it is against my rules of living. Thanks for the review please do keep posting more.

beaugosse 13/06/2014

Bonne analyse mais il manque les procédés qui justifie l'analyse : voici les seuls procédés de ton plan "antithèse" "vocabulaire mélioratif", il en faut normalement 3 par sous partie

Camara Maciré 07/10/2014

DOM Jun est vraiment un tabaco qui se croit tout permi pour séduire toutes les femmes qui se croisent sur son chemin .

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog